Derniers Instants

15 octobre 2009

Une fin de rêve.

Cette nuit j'ai rêvé de beaucoup de choses. Mais ce fut aussi la première vrai nuit que je fais en peut être 6 mois de temps. Couché à une heure raisonnable et levé pas plus tard qu'il y a une heure. Alors pour me récompenser Morphée me fit toucher du doigt des rêves exquis. Elle m'intima une révélation évidente. J'étais encore ici dans cette ville. Ou je ne sais plus bien. J'avais un travail, j'avais arrêté les études, ou je les avais terminé je ne sais plus non plus. Mais la fin de ce rêve était si évidente. Je me regardais dans le miroir, je me trouvais pour une fois très convenable. J'étais épanouis. J'avais un petit travail qui me permettais de vivre correctement. J'étais... bien.

Tout comme hier dans le métro, j'étais assis sur une banquette avec une amie et il y avait cette fille qui était assise sur le groupement de banquettes d'à coté. Mélanie, toujours elle. Je ne pu m'empêcher de la regarder un instant. Et elle me vit, ceci dura quelques secondes. Elle me regarda de ce sourire qui me fait fondre. Puis elle détourna le regard quelques millièmes de seconde pour enfin le ramener vers moi avec cette même expression. Ce sourire que je lui renvoya sans hésiter. Naturellement. Les portes du métro s'ouvrirent. Une nuée de gens rentrèrent. Je ne la vit plus durant le reste du trajet. Elle s'évapora de la ram sans que je le remarque.

Posté par Apoptosis à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 octobre 2009

Ultime révérence.

Nous étions assis tous les 4 dans ce bar. Sur des chaises hautes. Ça faisait longtemps que je n'étais pas venu. Ils parlaient, je les écoutais à peine. Par dessus l'épaule d'Hélène je regardais cette fille. sur la table du fond. Je la connaissais de vue. Elle est dans bon nombre de mes cours. Depuis la rentré nous échangeons souvent quelque sourires, moi et elle. Elle m'intrigue. La première fois que je l'ai vu j'en étais subjugué. Son regard fait voler des papillons dans mon ventre. C'est peut être bien la seule et dernière chose que j'arrive encore à entrevoir ces prochains temps. Et c'est déjà un beau miracle.

Je connais les gens qui étaient avec elle. Elle s'appelle Mélanie. La soirée se passa. Une fois terminée, dehors,  les deux groupes se joignirent et nous discutâmes tous ensemble. Parfois mon regard croisait le sien et je souriais de la voir sourire à mes propres sourires. C'était plus fort que moi. Délicate attention que de me les renvoyer. Mais je ne lui ai pas parlé. Je n'ai pas osé. A croire que je n' oserais jamais. Jusqu'à ce que mon tour passera, ce qui ne m'étonnera pas.

Posté par Apoptosis à 05:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]